http://www.letemps.ch/archive/1999/11/27/eco_3.htm

Le Temps

27 novembre 1999

ECONOMIE

L'invité du samedi Hans-Uelrich Schroeder (Chief Executive Officer, Ascom SA.)

Le «e-avenir» se profile à l'horizon

Il ne fait aucun doute que l'orientation prise par toutes les stratégies, technologies et tendances actuelles du monde des IT (Information technologies) est celle du e-business. On compte dans le monde plus de 150 millions d'ordinateurs reliés à Internet, réseau sur lequel leurs utilisateurs peuvent communiquer et faire toutes sortes d'échanges directement entre eux. Dans ce contexte, on peut raisonnablement penser que d'ici cinq à huit ans, environ un milliard d'ordinateurs seront connectés à la Toile, d'où des changements profonds à l'échelle de la planète et de nouveaux modèles en matière d'échanges commerciaux.

Cette révolution est comparable à celles qu'ont été la découverte de l'écriture en Mésopotamie il y a 5000 à 6000 ans, la naissance du livre au XIVe siècle avant J.-C. en Grèce ou encore l'invention de l'imprimerie par Gutenberg au XVe siècle en Europe.

Des adaptations seront nécessaires au niveau de tous les processus de l'entreprise, de toutes les professions, des artisans aux chefs d'Etat, et de notre vie privée. Les spécialistes du marketing ont bien compris que, grâce aux nouvelles technologies, l'utilisateur final était joignable directement et en permanence. Aussi, les services commerciaux des entreprises doivent-ils aujourd'hui prendre le virage de la vente directe pour saisir les opportunités qui en découlent. La production est elle aussi obligée de s'adapter, puisqu'elle est plus que jamais tenue de fabriquer rapidement, en quantité suffisante et à qualité égale, des produits qui satisfont aux attentes des consommateurs. Reste alors à les expédier dès réception de la commande, ce qui constitue un nouveau défi en termes de logistique et de service. En effet, qui achèterait sur Internet, moyen de communication rapide s'il en est, si la livraison des produits n'était pas elle aussi rapide?

Le fabricant d'ordinateurs Dell est l'un de ceux qui ont réussi à relever ces défis, puisqu'il livre en quatre jours seulement un ordinateur commandé sur Internet, quelles que soient les exigences des clients. A l'avenir, certains aspects du «e-service» pourront être fournis au client directement via Internet puis payés par lui en ligne, ce qui rendra inutile l'envoi de factures sur support papier. La communication entre les entreprises dépasse déjà le simple échange de données électroniques, et on voit apparaître des usines virtuelles. Et les évolutions viennent de plus en plus des start-up issues de l'enseignement supérieur.

Pour les administrations publiques, les contacts avec les usagers et les électeurs sont plus directs et plus rapides grâce au Net. Bientôt, chacun pourra faire part de ses réflexions et suggestions au maire de sa ville. La politique se rapproche ainsi du peuple, et les citoyens peuvent décerner des bons et des mauvais points à leurs élus aussi bien sur Internet qu'autour d'un verre.

En d'autres termes, le e-business entraînera des changements durables aussi bien dans les processus des entreprises et des administrations que dans la vie privée. Les bouleversements liés à l'utilisation grandissante d'Internet altéreront tous les processus commerciaux entre entreprises et entre les entreprises et les clients. Avec la fin du marketing de masse, la notion de client roi devient une réalité, puisque c'est lui qui, via le Net, prend l'initiative et peut formuler ses attentes aux fournisseurs.

Ces changements, décrits ici à grands traits et auxquels nous nous adaptons depuis un certain temps déjà, constituent pour nous tous un véritable défi. Mais, grâce à un niveau de formation élevé et à la volonté des citoyens de notre pays, je suis persuadé que la Suisse parviendra à en tirer la quintessence.