MANIFESTE DU SER ET DE LCH

POUR L'INTEGRATION DES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION

ET DE LA COMMUNICATION (TIC)

DANS TOUTES LES ECOLES PUBLIQUES EN SUISSE

Les deux organisations des enseignantes et enseignants SER (Syndicat des Enseignants Romands) et LCH (Association des enseignants de Suisse alémanique) demandent instamment que, conformément à la stratégie préconisée par le Conseil fédéral, l'intégration des TIC au sein des écoles publiques soit accélérée et que cette tâche relève de la compétence de la Confédération et des autorités scolaires à tous les niveaux de notre système éducatif. Pour garantir l'accès aux TIC à tous les élèves, il est important, après la période des "pionniers", de décider des investissements nécessaires pour garantir l'utilisation des TIC dans toutes les écoles.

Les raisons de ces investissements prioritaires dans la formation des jeunes sont de nature pédagogique, socioculturelle et économique.

 

Passons des paroles aux actes !

Le SER et LCH demandent instamment des investissements "extraordinaires" de la part de la Confédération, des cantons et des communes afin qu'en moyenne soient remplies équitablement les conditions suivantes dans les écoles publiques de toutes les régions de Suisse :

Les calculs ont démontré que le développement des TIC dans les écoles publiques engendrerait des coûts d'exploitation annuels supplémentaires du 1 % de la totalité des frais d'instruction (22 milliards de francs) alors que les premiers investissements de base s'élèveraient à 2,5 %.

La Confédération est appelée à participer à ces frais de façon appropriée, selon les exigences formulées dans le rapport du Groupe de coordination, Société de l'informatique d'avril 1999 adressé au Conseil fédéral.

 

 

Association des enseignantes et des enseignants de Suisse alémanique

Beat W. Zemp, président LCH

Syndicat des enseignants et des enseignantes romands

Marie-Claire Tabin, présidente SER